À PROPOS

Me My Sexe and I® est un podcast sur le pluralisme des vécus féminins, en l’occurence celui de femmes noires. À la genèse du projet, MON envie de parler des femmes noires autrement que par le prisme de la discrimination. Le désir d’illustrer en quoi, individuellement, elles pouvaient contribuer au récit commun en refusant d’être emprisonnées dans des cases que ce soit au sein même de leurs communautés, ou dans le regard de l’autre.

Mon propos était de faire entendre au coeur de l’intime, les expériences personnelles de femmes noires. Des parcours de vie narrés à la première personne du singulier, où il serait question de famille, sexualité, parentalité, construction personnelle, résilience. Des thèmes quasiment jamais abordés, au sein des communautés afro.

Dans ma démarche, il s’agissait non seulement de prêter une intériorité, un vécu singulier et personnel aux femmes issues DES communautés noires, mais également avec les témoignages livrés et les thématiques abordés, d’ouvrir des espaces de discussion dans des sociétés où l’on ne parle pas de soi. Où le groupe prévaut sur l’individu. Surtout si cet individuE est une femme.

L’une des plus grandes idées reçues sur les femmes noires ( idée véhiculée par certaines des concernées elles-mêmes) est qu’elles formeraient un bloc homogène. Leur couleur de peau suffirait à dire qui elles sont. Mais n’en déplaise à certain.e.s, la couleur ne dit pas tout de l’épaisseur des vies. Nous sommes des êtres de culture, et non de nature. Pour chacune de nous, il y a donc une histoire, un récit, un vécu, un ressenti qui diffère d’un être à l’autre, et qui vaut la peine d’être partagé.

C’est forte de cette conviction que j’ai eu envie d’interroger des femmes noires sur leur propre vécu, et sur d’autres sujets que ceux auxquels elles étaient habituellement circonscrites. Ces sujets communément traités à titre collectif, à savoir les discriminations, le racisme, les inégalités, qui, s’ils sont certes nécessaires, nous restreignent à une parole et des thématiques bien spécifiques.
J’avais envie une fois n’est pas coutume, de tendre un miroir et offrir un regard sur soi. Valoriser l’individualisation, la singularité.
Tacler le fait que dans nos cultures, l’introspection, réfléchir au sens que l’on confère à sa féminité, à sa personne apparaisse encore trop comme « un truc de blanc.he ». Qu’il soit encore très mal vu de s’émanciper de ce qui ne nous convient pas, des limites qui nous restreignent et nous sont imposées au titre de la coutume, de la tradition, ou de l’éducation.

La sexualité, le couple, la parentalité, la construction de soi, l’intimité, sont autant de sujets universels par lesquels nous sommes également concernés, mais il s’agit de thématiques peu abordés au sein même de nos communautés, où beaucoup de tabous subsistent. Et si à titre collectif, nous sommes particulièrement audibles "sur l'esclavage, la colonisation, la ségrégation raciale, la violence dans la banlieue ou les expériences dans des pays du continent africain", c’est par contre un silence assourdissant qui s’abat dès qu’il est question de l’intime et du personnel.

A croire que nous ne serions que Noires et non des PERSONNES noires, c’est à dire des individus et des sujets aux prises avec des émotions, des ressentis, des névroses, des joies et des peines...

C’est parce que je déplorais cet état de fait que ce podcast traite de L’INTIME. Des histoires de vie de femmes noires parlant de leur existence en tant qu’individuEs, parlant d’elles en tant que sujet, et par là même, de nous toutes et du monde. Et il n'est ni communautariste, ni excluant, que de souligner la singularité de cette expérience.

A mes yeux, l’intime est un champ politique. Si ce n’est la politique même. C’est le premier bastion de l’émancipation quand on est une femme. Et oh combien, une femme noire. Celui où il faut, pour encore beaucoup d’entre nous, lutter pour son droit à affirmer une identité propre, se réapproprier sa propre image et prétendre à être regardée telle que l’on est.

Mettre en lumière l’individu, au titre de sujet - et oh combien quand celui-ci est une femme, est donc la vocation première de ce podcast intimiste, politique et féministe entièrement dédié aux femmes noires, à leurs émotions, à leurs ressentis, à leur vie affective et sexuelle, et dans lequel elles s’expriment de façon inédite en tout premier lieu aux yeux de leurs communautés, en disant « je ».

Il y est question de sujets universels ; de relations, d’affection, d’émotions, d’attachement, d’émoi, de sens. Des sujets propices à créer des passerelles vers toutes les femmes, susceptibles d’inciter chacune en miroir à se questionner sur son propre cheminement, s’interroger sur ses propres représentations, sur les stéréotypes qu’on véhicule personnellement, et voir que l’autre est aussi un peu de soi-même.

Les récits de soi remarquables des 7 femmes noires s’exprimant dans la première saison du podcast - et refusant de se laisser dicter les codes de leur liberté, œuvrent je l’espère, à déconstruire les préjugés et les fantasmes qui existent encore dans notre société à propos des PERSONNES noires, mais également à réaliser au sein des communautés noires, qu’il existe au moins autant de façons d’être femme, que d’être noire... autant de personnes que de récits, et une vaste audience, prête à les découvrir. Dans toute leur authenticité.

 

Axelle,
le 10/09/2018.

0 comments on “Add yours →

Laisser un commentaire