7 NUITS- EXTRAIT 1

 

image7 nuits
Alina Reyes

Première nuit
extrait 1/3

Je suis arrivée à minuit, selon ses instructions. Hotel agréable, mais discret.
- Je suis attendue, chambre 58.
- Tout de suite sur votre gauche.... Bonsoir, madame.
J'aurais peut-être pu ne rien dire? Ou dire " mon mari m'attend" ? Mais je n'ai pas de mari, et je n'en veux pas. Pourquoi me soucier de ce que le veilleur de nuit pourrait penser? Comme s'il n'en n'avait pas vu d'autres... Mais je me moque de ce que font les autres, et de ce qu'ils peuvent penser. Si au moins ça pouvait l'exciter un peu...d'imaginer...
Mais je n'avais pas fait un pas que je ne me souvenais déjà plus de son visage. Les autres sont-ils vivants, ont-ils un corps ou sont-ils des fantômes? Mais avant qu'il ne soit rendu derrière moi à l'ombre, je ne pensais déjà plus à lui.

Dans l'ascenseur j'ai relevé ma robe pour vérifier les bas autofixants. Pour notre première fois, je n'avais pas voulu sortir le grand jeu, porte-jarretelles et talons aiguilles. Même s'ils aiment tous ça. Même si nous attendions cette nuit depuis une année entière, au cours de laquelle nous n'avions fait que correspondre par e-mails. Mais l'échange de mots met les âmes à nu et les nerfs à vif.
La chambre devait être plongée dans la pénombre, ainsi que nous en avions décidé. Nous nous étions rencontrés une seule fois, dix-huit mois plus tôt, lors d'un dîner. Il nous avait fallu six mois pour nous décider à prendre contact l'un avec l'autre, simultanément. Un doigt mystérieux avait allumé la lumière en chacun de nous, quelque part d'un même interrupteur.

Dans la glace livide mon visage avait l'air de sortir du néant. Le maquillage léger ne masquait pas les marques du temps, et c'était presque rassurant, tant il surgissait là sans fin comme une chose irréelle et menaçante. Mais tout reflet dans un miroir est étrange, et du reste il ne dura qu'un instant: l'ascenseur s'arrêtant, je me retournai vers les portes qui s'ouvraient.

Extrait de 7 nuits, Alina Reyes.
©Editions Robert Laffont, SA., Paris, 2005.
Credit photo: Tous droits réservés.

Laisser un commentaire