ÉCRITS POUR LA PAROLE

Cipriana large head study 2, pastel & collage
FEMME IN THE CITY

ON NE SE FAIT PAS

Assez d’entendre ça Partout tout le temps C’est d’une violence insoutenable incroyable qu’on entende ça partout Tout le temps même les bouches autorisées militantes affligées compatissantes expulsent ce crachat Partout Tout le temps comme si les mots n’avaient pas de sens Comme s’il était possible d’exprimer les choses n’importe comment comme si la vérité allait de soi comme s’il n’était pas utile de l’énoncer clairement Sans équivoque dire une fois pour toutes et qu’on l’entende une fois pour toutes qu’on l’imprime une fois pour toutes Que non non On ne se fait pas violer On ne se fait pas On ne se fait pas On ne se fait pas violer on est violée on est on est on est violée on ne se fait rien on est C’est l’autre qui fait Le viol c’est l’autre qui le fait Personne jamais Ni dans la brousse ni dans les buildings ni dans les champs ni dans le métro ni dans la savane ni sous les porches ni après un premier dîner ni même chez soi Dans aucun des cas précisément parce qu’il n’en n’est pas question personne jamais ne Se fait violer

Extrait de, Écrits pour la Parole
 Léonora Miano
 © Tous droits réservés. 2012, l’Arche Editeur
 Conception graphique de la couverture : Susanne Gerhards.
© illustration:"Ciprana 2" Mark Demsteader . Tous droits réservés.

Laisser un commentaire