FLEUR DU DÉSERT

waris-dirie

A ma mère

Quand on parcourt le chemin de la vie, bravant des tempêtes, jouissant du soleil, se retrouvant souvent dans l’œil du cyclone, on ne survit qu’à force de volonté. Je dédicace donc ce livre à la femme qui m’a portée sur ses épaules, celle dont la détermination est inébranlable : ma mère, Fattuma Ahmed Alden.

Tout en affrontant une incroyable adversité, elle a toujours fait preuve de foi. Elle s’est dévouée équitablement à ses douze enfants ( un exploit remarquable) et a fait montre d’un discernement à rendre jaloux le sage le plus perspicace.

Elle a consenti à bien des sacrifices, sans se plaindre, et nous, ses fils et ses filles, savons qu’elle nous a donné sans réserve tout ce qu’elle avait. Elle a connu la douleur intolérable de voir mourir plusieurs de ses enfants, mais elle n’a jamais perdu courage et a toujours trouvé la force de continuer à lutter pour ceux qui restaient. Sa générosité, sa grandeur d’âme, sa bonté et sa beauté sont légendaires.

Maman, je t’aime, te respecte et te chéris ; et je remercie Allah Tout-Puissant de m’avoir donné une mère telle que toi. Je prie pour qu’il m’aide à te faire honneur en élevant mon fils comme tu as, infatigablement, élevé tes enfants.

Extrait de, Fleur du désert
 © Waris Dirie, 1998
 Publié par William Morrow and Company, Inc.
 ©Editions Albin Michel S.A., 1998
Photo: ©Tous droits réservés.

Laisser un commentaire