LA PREMIÈRE GORGÉE DE SPERME

unnamed
LE PORTE-JARETELLES DE LA RENTRÉE
 
Tout l'été on a vaqué jambes nues, la cuisse au vent et la culotte en coton comme dernier rempart contre les courants d'air marins, les regards intempestifs et les mains bourlingueuses. Mais une fois passé la saison du grand déballage des corps, il faut songer à remettre la viande dans un joli torchon, afin de la conserver en état appétissant pour l'hiver qui vient.
 
Ainsi dame Nature nous commande-t-elle, tout comme au petit écureuil au fond des bois où à l'hirondelle sur son fil électrique, de nous adapter au temps qui passe, immuable, tel qu'autrefois pour grand-papa il passait déjà et tel que demain , on aura beau faire, il passera encore.
 
Or donc, tandis que le mâle humain ne résistera pas, devant le spectacle des feuilles roussissantes, au désir aussi violent qu'immémorial d'aller s'acheter un nouveau pull pour l'automne, sa femelle, pour sa part, voyant s'effeuiller les arbres aux troncs phalliques, commencera à rôder fiévreusement dans les rayons lingerie des grands magasins. Car elle sait bien, la garce! que pour faire perdurer la saison des amours au moment où les mecs commencent à se les geler, mieux vaut renoncer aux charmes simples de la nudité pour une mise en scène plus sophistiquée de ses appas.
 
Soutien-gorge à balconnets, guêpières, bas, talons, hauts, dentelles, soies, satins, vinyles, transparences, lacets, fentes, agrafes... Écumant les boutiques, la femelle humaine touche les différents modèles avec délices, s'enferme avec eux dans les cabines d'essayage - puis, le jugement sûr, choisit ceux qui sublimeront ses chairs, tout en salivant d'avance à la perspective des hommages qu'ils lui vaudront. Et tout en assassinant son compte en banque à l'aide de ces ruineuses fantaisies, cette fois elle se sent vraiment entrée dans la rentrée, toute flamme, libre, asociale, provocante et sauvage, une bombe sous la jupe, incognito.
 
Extrait de, La dernière gorgée de sperme,et autres histoires.
Fellacia Dessert. © Editions Blanche, 2002, pour l'édition originale
© La Musardine, 2011, pour la présente édition Droits Photo: Unknown. Tous droits réservés.

Laisser un commentaire